Une fois de plus, vous vous égarez, M. Bueno


Posted by Jean-Pierre Voyer sur le Debord off on October 14, 1998


 

Lettre précédente                    Lettre suivante

 

Une fois de plus, vous vous égarez, M. Bueno. [ M. Bueno cite sur le Debord off un large extrait de Reich mode d’emploi où j’avance quelques définitions possibles du spectacle ] Ce n’est pas ma conception du spectacle qui est en cause dans notre discussion ; mais la conception de Debord. Je vous mettais au défi de me citer une définition de Debord donnant une définition du spectacle qui ne soit pas dans le sens de mass-media et non de citer une des miennes qui sont nombreuses et toutes insatisfaisantes.

Ensuite, le passage que vous citez corrobore ce que j’affirmai : longtemps j’ai pensé que le mot de spectacle avait un sens qui ne soit pas celui de mass-media et qui m’échappait. Le passage que vous citez témoigne de mes efforts constants pour donner un sens au mot de spectacle. Et comme vous pouvez le constater, le résultat n’est pas brillant.

Le seul sens auquel je parvienne est celui de Platon : ce qui existe réellement ne paraît pas, donc ce qu’on voit est une illusion, un spectacle. Les ans passant, je constate que la misère paraît. Houellebecq le prouve d’ailleurs. La négation de la visibilité de la misère n’a pas lieu dans le monde en général mais encore une fois dans la pub et dans les mass-media. C’est d’ailleurs là, dans l’édition, que Houellebecq lance son pavé.

Généralement, j’employai toujours " spectacle " dans la forme " spectacle de " et non pas de manière intransitive et incantatoire comme les perroquets. Ainsi, par exemple, la mise en scène antiraciste par l'infamie vichisto-socialiste [ vichy-rouge ] est un spectacle du racisme et un spectacle de révolte.

Aux dernières nouvelles, sous la pression de l’OTAN, les Serbes se retirent de Mme Lévy.

Voyer

Lettre suivante


M. Ripley s'amuse